Archives de catégorie : ACTUALITÉ

CONTINGENT HORS CLASSE 2020

Promotions 2020 à la hors classe des personnels enseignants, d’éducation et psychologues –  premier et second degrés publics
PE certifiés PEPS PLP CPE Psy EN PEGC CE EPS
Promouvables 110 092 49 381 6 603 14 117 2 948 2 301 1 1
Contingent total 18 716 8 395 1 123 2 400 502 392 1 1
Ratio pro/pro 17% 17% 17% 17% 17% 17% 100% 100%
PE certifiés PEPS PLP CPE Psy EN PEGC CE EPS
AIX-MARSEILLE 886 372 57 98 26 21
AMIENS 583 211 31 78 14 13
BESANCON 382 164 24 50 10 9
BORDEAUX 892 453 59 138 28 19
CAEN 399 196 28 63 12 9
CLERMONT-FERRAND 385 176 23 51 12 8
CORSE 97 46 6 12 4 2
CRETEIL 1 239 396 52 111 23 26
DIJON 446 193 30 52 13 9
GRENOBLE 971 425 63 102 25 18
GUADELOUPE 156 75 14 21 4 4
GUYANE 90 37 4 13 2 3
LILLE 1 210 526 73 183 31 28 1
LIMOGES 195 101 14 33 9 4
LYON 876 359 51 106 23 18
MARTINIQUE 142 62 7 21 4 4
MAYOTTE 58 22 4 14 1 0
MONTPELLIER 863 407 56 103 21 15
NANCY-METZ 728 311 43 89 16 15
NANTES 830 389 46 108 23 17
NLE CALEDONIE 16 2 8 1 1
NICE 593 274 37 68 17 10
ORLEANS-TOURS 737 305 37 78 17 14
PARIS 384 213 17 59 14 12
POITIERS 488 257 31 69 15 10
POLYNESIE FRANCAISE 64 39 7 18 0 2
REIMS 418 167 22 51 10 9
RENNES 695 387 49 100 20 14
REUNION 376 174 27 70 10 5
ROUEN 569 262 35 75 15 12
STRASBOURG 544 256 33 79 14 9
TOULOUSE 874 398 51 124 28 17 1
VERSAILLES 1 543 513 65 128 28 33
Hors académie 213 25 27 12 2
St Pierre et Miquelon 3
Total 18 716 8 395 1 123 2 400 502 392 1 1

MEDIAPART COVID-19 : QUID DE LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS A COMPTER DU 11 MAI 2020 ?

Profs, directeurs, AED, AESH, agents,responsabilité pénale en jeu

Macron décide, Philippe ordonne , Blanquer obéit , les sinistres se défaussent sur vous et tous les personnels de l’EN trinquent ! Voici un éclairage juridique complet sur la responsabilité pénale et civile de chacun des acteurs de cette mascarade incroyable.
Lire l’article de Mediapart

AMÉNAGEMENT DES EXAMENS

Examens professionnels 2020 :
l’urgence d’une clarification

Pour le SNUEP-FSU, protéger la santé des élèves et des personnels constitue l’élément prioritaire qui doit guider toute prise de décision au sein du ministère de l’Éducation nationale.

La crise sanitaire d’ampleur que nous traversons nécessite des mesures exceptionnelles qui ont conduit au confinement et aux arbitrages concernant les examens 2020. Le ministre a fait le choix de modifier les modalités d’examen pour l’obtention des diplômes professionnels : baccalauréat, certificat d’aptitude professionnelle, diplôme national du brevet professionnel et diplôme intermédiaire.
Le peu de temps qu’il a consacré aux diplômes professionnels dans sa conférence de presse, alors même qu’ils sont les plus complexes, est révélateur du fait que sa priorité est ailleurs.

Cette nouvelle situation n’a pas pu être anticipée dans la préparation des jeunes. Elle nécessite donc des aménagements précis et nationaux pour éviter injustices et traitements inégaux.
En se limitant à la prise en compte des CCF et du livret scolaire, le ministre laisse un grand flou pour les personnels et les candidat×es. Il y a autant de situations que d’établissements voire d’élèves : CCF non passés ou alors en partie ou encore intégralement. Quelle part de contrôle continu ? Quelle prise en compte des PFMP ? Comment valider des permis ou certaines certifications et habilitations obligatoires pour l’obtention du diplôme ?
Le SNUEP-FSU exige une clarification rapide des modalités d’examens qui doivent être cadrées nationalement pour éviter des aménagements locaux sources de pressions sur les personnels et d’inégalités pour les jeunes.

Concernant la prise en compte de l’assiduité : ce sont des paroles. Elles ne peuvent se concrétiser en lycée professionnel puisque l’origine du décrochage scolaire, fortement amplifié par l’enseignement à distance, est bien plus complexe qu’une simple crainte d’obtenir ou pas un diplôme. Le SNUEP-FSU refuse donc toute prise en compte de l’assiduité dans l’obtention des diplômes professionnels.

Pour le SNUEP-FSU, c’est bien la pandémie qui introduit l’impossibilité de maintenir les examens. En aucun cas cette mesure exceptionnelle ne doit, à l’avenir, devenir une règle.

Paris, le 3 avril 2020